UA-62426872-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, janvier 28, 2008

EDUCATION DE PROXIMITE : FDH relaie l'action d'Espoir Pour Tous

9766cbef3f67e8aba0be92c5f9be11ee.jpg
L'organisation française Frères des Hommes,vient de consacrer un article au projet "école mobile pour enfants de la rue à Kinshasa".

Formation et aide à la réinsertion pour les enfants des rues de Kinshasa :
c’est ce qu’a entrepris l’organisation non gouvernementale congolaise Espoir pour tous (EPT)1. A Kinshasa, comme dans plusieurs grandes villes d’Afrique subsaharienne, de milliers d’enfants vivent dans la rue. Ils sont orphelins, en conflit avec leur famille, ou bien chassés par leurs parents qui les accusent d’être « sorciers ». Depuis sa création en 2000, EPT, à l’instar de quelques rares autres associations, propose un avenir à ces enfants relégués et exclus de la société. L’association a d’abord initié des formations aux métiers de la menuiserie, de l’agriculture et de la pêche, de la couture, et des nouvelles technologies. Puis en 2007, EPT a lancé le projet « Ecole mobile pour les enfants de la rue à Kinshasa ». Le but est de mettre en place un espace d’encadrement mobile, présent régulièrement dans différentes communes et permettant aux enfants de la rue de bénéficier d’une éducation de proximité comprenant des programmes d’alphabétisation, de calcul élémentaire, de sensibilisation à l’hygiène et aux maladies sexuellement transmissibles, ainsi que des activités ludiques.

L’accès à l’éducation est un droit pour tous
3cbd45569ada21e6b98f90f98ba2d9f7.jpg. Les enfants de la rue sont les derniers à bénéficier des politiques d’éducation, notamment l’accès à l’école primaire pour tous. Le projet école mobile initiée par EPT a été conçue pour faire face à ce manque. Elle découle de concepts déjà expérimentés dans plusieurs pays par Mobile School2, une organisation belge de laquelle EPT a obtenu du matériel éducatif. Elle rend visite à des enfants de la rue dans leur
propre environnement et crée des lieux de rencontre. L’équipe pédagogique commence d’abord par repérer les sites fréquentés par les enfants en vue du déploiement de l’école. Elle identifie ensuite les enfants sur les sites ciblés, puis les prépare psychologiquement à la venue de l’école. Quand les cours commencent, les éducateurs s’attachent à adapter les enseignements au niveau des enfants, qui peut varier selon les sites. L’évaluation et le suivi sont aussi des activités capitales pour l’appréciation de l’assimilation des matières par les enfants.

Par l’école mobile, nous tentons de veiller
1cffab6ce29643bd8b7b661c772f8f6b.jpgà ce que le lien ne soit pas définitivement
rompu entre ces enfants et le rempart que
représente l’instruction, car nous sommes
persuadés qu’ils peuvent un jour retrouver
leur place dans la société.

Luc Lutala Kyad’I, président de EPT, raconte les obstacles rencontrés : « Il nous a fallu deux ans de préparation pour mettre en place le projet école mobile pour enfants de la rue à Kinshasa, expliquet-il. Les enfants des rues, par l’âpreté de la vie qu’ils mènent, sont généralement méfiants et agressifs, d’où la difficulté de les approcher. Mais nous avons au sein de notre ONG des psychothérapeutes et des éducateurs sociaux. La période d’approche a été longue. Aujourd’hui, si les enfants viennent à nous, c’est parce qu’ils savent que nous leur voulons du bien. » Grâce à ces relations de confiance établies avec les éducateurs, qui les acceptent et les respectent inconditionnellement, les enfants améliorent l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes et affrontent leurs difficultés avec plus de force.


Une action menée à bien, malgré des difficultés de financement

2f68fb231af6edda53c8a13b60586afc.jpgEspoir pour tous travaille actuellement dans un seul quartier, celui de Gombe. Les encadreurs se déplacent trois fois par semaine et l’école mobile a accueilli à ce jour près de 75 enfants. EPT cherche
désormais à créer une synergie et à mobiliser le soutien d’autres organismes autour de l’école mobile : le projet a été présenté aux organisations locales et aux autorités politico sociales. L’objectif à court terme est, grâce aux financements obtenus, de couvrir cinq communes de Kinshasa et de faire bénéficier 300 enfants de la rue de cette éducation de proximité. « Le manque de moyens financiers demeure l’un des principaux obstacles à notre action, confie le président de l’ONG. Mais notre résolution est ferme, nous voulons faire quelque chose pour ces enfants. Ils ont beaucoup de potentialités et l’école mobile a permis de les réveiller. »

Retrouvez tout l'article sur www.fdh.org dans la rubrique publication.
Espoir Pour Tous remercie FDH pour ce soutien moral à son action en faveur des enfants en situation de difficile en RDcongo.

Commentaires

Difficile de vous répondre ici...ma douleur est inexistante à côté de la leur!
Bien à vous et merci de vos lignes.
Je suis touchée.

Écrit par : Inès | lundi, janvier 28, 2008

Merci pour vos mots, c'est très gentil à vous.
Inès, toute douleur bien comprise a un sens.
Chacun a sa douleur, aucune plus préférable qu'une autre pour ceux qui la vivent!

Destinée, tu sais bien que c'est ta merveilleuse mise en forme, à toi. Merci pour l'article.

Écrit par : LuckyFirst | mardi, janvier 29, 2008

Les commentaires sont fermés.